5 avril 2014

N°1 - Les petites coquilles du marché : Paire de verseuses Benpahu, Chine.

Le 24 mars, au cours d’une vente consacrée à l’Extrême-Orient, s’est vendue une paire de verseuses « Benpahu » en bronze doré et émaux cloisonnés dans le style de l’époque Yongle, pour Rumph la somme de 56 000€.

Cependant si vous n’êtes pas familier avec le terme de « benpahu » vous n’avez pas pu noter la coquille qui s’est glissée dans le descriptif de la Gazette de Drouot du 4 avril 2014. Rectifions.

gazette verseuses benpahu

Résultat publié dans la Gazette de l’Hotel Drouot le 4 avril

Les verseuses benpahu sont des verseuses à alcool d’origine chinoise de forme cylindrique, avec un bec verseur en forme de trompe. En voici deux modèles illustrés ci-dessous.

Verseuse-benpahu-chine-porcelaine-expertises-expert

Verseuse benpahu en bronze doré et émaux cloisonnés.

Verseuse-benpahu-chine-porcelaine-expertises-1

Verseuse benpahu en porcelaine dans le style de la famille verte

Vous noterez le peu de ressemblance avec les deux verseuses vendues le 24 mars. Toutefois si vous vous penchez du côté des verseuses « Kundika », qui sont des verseuses rituelles à eau lustrale utilisées lors des cérémonies rituelles bouddhiques, vous pourrez distinguer plus de similitudes, et c’est vers cette définition qu’il faut s’orienter.

Leur forme est apparue en Inde, pays d’origine du bouddhisme, et s’est ensuite transmise en Chine et en Corée. Traditionnellement elles présentent un col haut qui se terminent par une ouverture en tube fin. Rattaché à l’épaule se trouve un petit bec avec un couvercle amovible. C’est par là qu’on verse l’eau à l’intérieur de la bouteille.

verseuse kundika bonhams

Kundika tibétain en bronze doré, 16ème siècle. Vendu chez Bonhams en 2006, 4300€.

verseuse kundika british museum expertises

Kundika en émaux cloisonnés. British Museum, China, 1426–1435.

Ainsi non seulement les verseuses vendues le 24 mars ne sont pas des verseuses benpahu, mais surtout elles n’ont pas l’usage qu’on leur a prêté dans l’article: des objets dédiés à la consommation d’opium. On se demande d’ailleurs comment on peut consommer de l’opium avec des verseuses…

A signaler également que les objets étaient donnés au catalogue par l’expert comme étant de « style Yongle » avec une « marque apocryphe Qianlong », et qu’un raccourci rapide a transformé dans l’article de la Gazette en « objets d’art réalisés en Chine au cours du XVIIIème », ce qui n’est pas vraiment la même chose…

Galerie Espace 4

9 rue Mazarine
75006 Paris – France
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram